© 2018 par Archimuse Bordeaux. Créé avec Wix.com

  • Facebook
  • Twitter
  • Instagram

Villes soeurs : Bordeaux-Casablanca, histoire d'un jumelage

Villes sœurs

 


« Villes Sœurs », c'est ainsi qu'était titré le quotidien marocain « Le Matin du Sahara », le 3 novembre 1988.

On célèbre alors la signature de la charte de jumelage entre les villes de Bordeaux et de Casablanca, respectivement représentées par son maire de l'époque Jacques Chaban-Delmas et  Mohamed Abied, président de la Communauté urbaine de la ville et ministre de l'Artisanat.

 

Pourquoi Bordeaux et Casablanca ?


Une proximité géographique :

Portes d'entrée vers les territoires,  les villes sont devenues des partenaires commerciaux mais aussi touristiques. Le tourisme est facilité par la  naissance des paquebots de croisière, conçus comme des villes flottantes richement décorées.

Le saviez-vous ? Fleuron de l'industrie navale et du tourisme maritime, le paquebot devint un terrain de jeux pour les artistes Art Déco. Parmi eux, Jean Dupas, peintre bordelais, réalisa de nombreux décors peints, particulièrement pour Le Normandie.

 

Une histoire commune :

Sous protectorat français, le Maroc reçoit sur son territoire une forte population venue de l'hexagone. Des échanges de toutes formes ont alors lieu, que ce soit dans le domaine intellectuel ou commercial.

Le saviez-vous ? Casablanca fut la ville qui regroupa le plus de bordelais.

 

Une longue tradition d'échanges intellectuels :

En dépit d'un passé chargé, Bordeaux et Casablanca ont fait le choix d'initier une démarche qui contribuait, selon Mohamed Abied, «au développement et au raffermissement de l'amitié des peuples de France et du Royaume du Maroc ».

De 1915 jusqu'à la fin du protectorat français, les lycéens marocains dépendaient de l'Académie de Bordeaux. Aussi, de nombreux échanges entre étudiants, professeurs et le jumelage des facultés de médecine et l'Ordre des Avocats annoncent les prémices d’un jumelage.

Le saviez-vous ? Après sa licence, Le roi du Maroc Hassan II (1961-1999) vint terminer ses études à Bordeaux où il fut diplômé de droit public en 1951.


 

Aujourd'hui cela fait 30 ans que Casablanca et Bordeaux sont unies, les relations sont fructueuses et positives.